Le bizutage étant une agression qui se produit largement en milieu sportif et qui peut être axée sur des actes délictuels sexuels, notre association en a fait un combat dans ses actions de prévention.

QU’EST-CE QUE LE BIZUTAGE ?

Le bizutage est une pratique ancienne qui consiste à soumettre une personne à des actes humiliants et dégradants sous la pression d’un groupe, en vue de favoriser son intégration au sein d’une communauté scolaire, universitaire, sportive…

LE BIZUTAGE FACE À LA LOI

Depuis la loi du 17 juin 1998 modifiée par la loi du 27 janvier 2017, l’article 225-16-1 du Code pénal incrimine  « le fait pour une personne d’amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants ou à consommer de l’alcool de manière excessive lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire, sportif et socio-éducatif. »

Que la victime soit volontaire ou non, le bizutage reste un délit puni par la loi et les bizuteurs encourent des sanctions pénales pouvant aller jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 7500€ d’amende

Ces peines sont doublées si la victime est une personne vulnérable (femme enceinte, personne âgée, malade, ou handicapée physique ou psychique) et que son état est visible ou connu de l’auteur du bizutage. Les représentants et les dirigeants d’un établissement peuvent également être inquiétés s’ ils ont apporté leur aide ou leur caution à ces événements.

À savoir : les violences, les menaces ou les atteintes sexuelles dans le contexte du bizutage sont encore plus sévèrement punies : la peine de prison peut être équivalente à une durée de 10 ans. 

FOCUS SUR NOTRE SONDAGE

En 2019-2020, lors de notre tournée de sensibilisation des établissements du réseau Grand Insep, nous avons réalisé un sondage sur le bizutage dans les 28 établissements sensibilisés.

Les sportifs 

Sur les 2 428 sportifs mineurs interrogés, 38% ont indiqué avoir subi un bizutage et 40% ont qualifié les actes qu’ils avaient subis comme humiliants et/ou violents. Mais le plus souvent, le bizutage de service (aller chercher l’eau, porter les sacs…) est considéré comme un bizutage « gentil » et les jeunes ne le considèrent pas comme du bizutage en tant que tel.

Ces actes de bizutage se passent le plus souvent à l’internat, dans les enceintes sportives, dans les vestiaires et à la cantine. Ils sont commis par « les plus grands », « les aînés » souvent qualifiés comme des « amis ».

Les encadrants et les stagiaires  

Sur les 798 encadrants et stagiaires en formation interrogés, ils sont 39% à indiquer avoir subi du bizutage et 66% d’entre eux ont qualifié les actes qu’ils avaient subis comme amusants.

La grande majorité se dit contre le bizutage mais certains sont moins catégoriques et considèrent que s’il est encadré et « gentil », le bizutage permet la cohésion de groupe et l’intégration.

 

Pourtant, qu’il soit qualifié de gentil ou de service, le bizutage utilise toujours le même procédé, celui de la domination d’un groupe sur un autre en situation de vulnérabilité, menant à toutes les dérives possibles.